Un 4 janvier à Autun

04/01/2020

Talleyrand consacré évêque d'Autun.

Talleyrand, évêque d'Autun

Un des principaux ministres de Napoléon, et acteur majeur de la période de la Révolution et de l'Empire, voit son nom attaché à Autun : Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord.

Né à Paris en 1754, de parents appartenant à la haute noblesse, il est handicapé par un pied bot. Il ne pourra donc pas embrasser une carrière militaire. Ses parents l'orientent vers une carrière ecclésiastique, grâce à des relations. (son oncle était l'archevêque de Reims)

Ordonné prêtre en 1779, il fut chargé des affaires du clergé de mai 1780 à septembre 1785, et nommé évêque d'Autun le 2 novembre 1788, consacré le 4 janvier 1789.

L'évêché d'Autun était intéressant : l'évêque était premier suffragant de l'archevêque de Lyon et Président des Etats de Bourgogne.

Par sa première lettre pastorale, le 26 janvier 1789, Talleyrand délégua ses pouvoirs au grand chantre du Chapitre, Simon de Grandchamp. Il arriva à Autun le 22 mars et quitta la ville le 2 avril, jour de Pâques, pour ne jamais y revenir. Cependant, Talleyrand y mène une campagne rapide pour se faire élire député aux Etats Généraux par le clergé de son diocèse.

Dès lors, sa carrière politique est fulgurante.

Le 5 mai, il siège à l'ouverture des Etats Généraux. Nommé membre du comité de constitution, il fait adopter sa motion sur la nationalisation des biens ecclésiastiques.

Le 16 février 1790, notre évêque d'Autun, Chalon et Mâcon est président de l'Assemblée Nationale.

Le 24 février 1791, il sacre deux évêques constitutionnels, ce qui lui vaudra d'être excommunié par le pape.

En août 1792, il justifie la déposition de Louis XVI.

En septembre, il estime prudent de quitter la France ? Grâce à son passeport signé de Danton, il rallie l'Angleterre.

D'Angleterre, il part pour les Etats-Unis. Il reviendra en France en septembre 1796.

Il entre au gouvernement du Directoire et devient ministre des Affaires Etrangères. Accusé de malversations, il démissionne, mais il prend une part active au coup d'État du 18 brumaire qui met fin au Directoire.

Le jeune général Bonaparte lui redonne le portefeuille des Affaires Etrangères, qu'il conservera jusqu'en 1808, date à laquelle il deviendra un implacable opposant à l'Empereur..

Il avait servit puis trahi la Révolution, le Consulat, l'Empire, la Restauration.

Il mourut en 1838, sans avoir eu d'autre lien avec Autun, la ville dont il fut évêque... 

On trouva en 1909, dans les greniers de l'évêché, une caisse non déballée contenant un service à boire de la Manufacture des cristaux de la reine dont on dit qu'elle avait été destinée au nouvel évêque.