Un 30 avril, au Mont Dardon

Du haut de ses 506 mètres, le Mont Dardon offre un panorama sur le Mont-Beuvray, Uchon, le Mont-Saint-Vincent et la vallée de l'Arroux. Il se situe à la jonction des communes d'Issy-l'Evêque, Sainte-Radegonde et Uxeau.

Sur une initiative du curé d'Issy-l'Evêque, le père Benoît Rochet, un calvaire  fut dressé en 1855 sur cet ancien oppidum gaulois. Situé sur une parcelle de la commune d'Issy, les bras de ses trois croix de bois sont orientés vers le bourg de chacune des trois communes.

Il fut inauguré le 30 avril 1855 et béni par Monseigneur Jean-François Landriot, vicaire général d'Autun (1850) et futur évêque de la Rochelle (1856) et de Reims (1866). Il est à noté que Me Landriot et l'abbé Rochet avaient déjà collaboré à un document « traduction des discours d'Eumène ».

Les travaux avaient été financés par Monsieur Paul Isidore de Montchanin, propriétaire des lieux, hérités de son père, suppléant au juge de paix d'Issy-l'Evêque.

Dans les écrits du curé François Méreau, successeur à Issy du curé Rochet, on apprend que des foules considérables sont venues à cette bénédiction. Parmi elles, tous les prêtres des environs étaient présents : Benoît Rochet (Issy), Pierre Champion (Toulon-sur-Arroux), Saint-Aubin (Cuzy), Jolivet (Montmort), Charlet (Sainte-Radegonde), Mariller (Grury), Fumet (La Chapelle-au-Mans), Aufiliâtre (Uxeau), .....

Hélas, usées par les vents et autres intempéries, les croix tombèrent en 1891. Un nouveau calvaire fut construit en 1892 avec des bois de chênes issus des trois communes, offerts par des riches propriétaires.

Les nouvelles croix ne résistèrent pas non plus aux caprices de la météo et furent remplacées en 1935 par des croix de ciment armé encore visibles aujourd'hui.

C'est le 11 août 1935 que ce nouveau calvaire fut inauguré.