Parachutages du 7 juin 1944 en Val-d'Arroux

07/06/2021

Second volet: Le parachutage du 7 juin à Gueugnon. (première partie)

Plusieurs largages avaient déjà été effectués en ce printemps 44 dans le département. Ainsi le 1 er avril, les messages attendus et diffusés sur l'antenne française de la B.B.C., avaient alertés les maquisards locaux. 

Dans la nuit, 3 avions parachutèrent 2 tonnes d'armement et une tonne de vêtements pour le Maquis d'Uxeau. Quinze hommes composaient l'équipe de ramassage.

Au lendemain du débarquement des Alliés en Normandie, les responsables départementaux de la S.A.P. (Section Atterrissages et Parachutages) basés à Saint-Gengoux-le-National, sont à leur tour alertés par un message diffusé à 13 H. 30. Pourtant, personne ne s'attendait à une opération en cette période de pleine lune.

Or, à l'émission de 19 H. 30, le speaker de la B.B.C. répéta le même message, confirmant l'imminence de l'opération.
Et quelques instants après, ils virent arriver une dame élégante qui se disait mandatée pour récupérer leur patron: "Charles Henri". 

Pour cela, il fallait qu'ils la conduisent à Gueugnon. Venue de Lyon en taxi, cette femme répondant au nom de code de "Jannick" (Geneviève Fassin) insista devant l'incrédulité des responsables S.A.P. et leur affirma que plusieurs hauts représentants de l'état-major des F.F.C. feraient partie du largage.
Robert Guyon, chef du groupe accompagné d'un chauffeur et de la fameuse "Jannick" se mirent en route vers 21 H. sans savoir ce qui les attendrait une fois sur place. On savait simplement qu'un nommé Thevenet les recevrait au terrain "Métacarpe". En route, ils récupérèrent Marcel Boucassot, maquisard responsable d'une section locale.

Pierre Thevenet, maréchal-ferrand à Montceau-les-Mines, côtoyait la Résistance gueugnonnaise car il s'était réfugié dans sa belle-famille, les Jury, qui habitaient à Rigny-sur-Arroux. Participant à plusieurs actions audacieuses, c'est lui qui devait servir de guide aux responsables de la S.A.P. et dès qu'il avait entendu le message codé de la B.B.C., il était parti avec son camarade Goyard en direction du lieu prévu pour la réception du matériel.

Lorsque la voiture de Jannick arriva à Gueugnon, les rues étaient désertes, couvre-feu oblige ! Les occupants du véhicule s'arrêtèrent au hasard à l'Hôtel des Voyageurs, afin d'avoir des renseignements sur ce fameux Thevenet et sur l' itinéraire à suivre. 

La personne qui les reçut, très méfiante, ne leur donna pas grand chose. Ils se dirigèrent donc le long d'un chemin de campagne qui les conduisit devant la barrière d'un pré, à la lueur de leurs phares camouflés. Une cabane en bois et quelques chevaux se trouvaient là. 

Le groupe pénétra dans le pré et n'eut pas à attendre longtemps. Déjà, le vrombissement d'un avion se fit entendre.


Prochain article: le parachutage du 7 juin 1944 à Gueugnon (la réception des "colis")

                                         Pierre THEVENET