Il y a 241 ans, Napoléon entrait au Collège d'Autun.

01/01/2020

Joseph et Napoléon Bonaprte arrivèrent à Autun le 1er janvier 1779, conduit par leur père Charles qui se rendait à Versailles pour une entrevue avec Louis XVI. Ils avaient quitté la Corse le 15 décembre.

Ils entraient tous deux au collège d'Autun. Napoléon n'avait pas encore 10 ans. 

L'évêque d'Autun étant alors Alexandre de Marbeuf, neveu du général de Marbeuf, chargé de l'administration de la Corse et ami de la famille, voilà qui explique sans doute le choix d'Autun pour les frères Bonaparte. La famille Bonaparte n'étant pas une famille riche, une bourse leur avait été attribuée.

Le collège accueillait une part d'enfants de familles aisées et un part d'enfants de familles plus modestes.

Dès leur entrée en classe, les deux jeunes Corses furent aussitôt l'objet des railleries de leurs jeunes camarades. Leur accent et leur patois en étaient généralement la cause.

Joseph ne paraissait guère s'en émouvoir, mais le petit Napoléon, plutôt nerveux, les déconcertait par son caractère solide ; on ne tarda guère à le laisser tranquille. Il était d'ailleurs plutôt solitaire et renfermé.

Le collège d'Autun était dirigé par des séculiers depuis la suppression des Jésuites. Les petits Corses furent confiés à l'Abbé Chardon qui leur donna des leçons de Français. Au bout de trois mois, le petit Napoléon avait appris le Français de manière à faire librement la conversation et même de petits thèmes et de petites versions.

Le 28 mars 1779, le prince de Montbarey, ministre de la guerre, donnait avis à Charles Bonaparte que son fils était admis à l'école militaire de Brienne. 

Le petit Napoléon quitta le collège d'Autun le 21 avril. Après un séjour de trois semaines au château de Thoisy-le-Désert (dans le canton d'Arnay-le-Duc) qui appartenait au père de son camarade Jean-Baptiste de Champeaux.

Napoléon restera à Brienne de mai 1779 à octobre 1784.

Joseph, lui resta à Autun jusqu'à fin août 1783. Ses maîtres, qui gardèrent le souvenir d'un Napoléon fier et impérieux, impliqué dans des bagarres, décrivirent un Joseph doux et tranquille, sérieux et appliqué. Trois ans de suite il reçut des « témoignages de satisfaction » lors de la remise des prix.

Son jeune frère Lucien le rejoignit à la fin de 1782, et fut élève du collège vingt (ou vingt-deux) mois.

À cette époque il y avait au collège des classes de la sixième à la seconde, et des classes de rhétorique, de logique, et de physique, avec un laboratoire bien équipé, Les mathématiques, la littérature latine et la mythologie occupaient une large place.

Si Napoléon Bonaparte est resté peu de temps au Collège d'Autun, on peut noter les haltes qu'il fit plus tard dans la ville.

Il est passé par Autun:

- en mai 1798, en partance pour l'Egypte. alors qu'il était Premier Consul,

- à la suite du coup d'état du 18 brumaire (9 novembre 1799) qui mit fin au Directoire,

- en route pour Lyon, il fit halte à l'Auberge de la Poste, (actuel hôtel Saint-Louis) le 20 nivôse an X (10 janvier 1802).

- Empereur des Français depuis 1804, et en route pour Milan pour y coiffer la couronne de roi d'Italie, accompagné de Joséphine, il s'y arrêta seulement le temps de changer de chevaux, le 16 germinal an XIII, (6 avril 1805).

- nouveau passage le 31 décembre 1807, sur la route de Turin à Paris.

- enfin en 1815, lors de l'épisode des Cent Jours, ayant quitté l'île d'Elbe et débarqué à Golfe Juan le 1er mars, il fit halte à Autun le soir du 15 mars pour une nuit, avant d'atteindre Paris le 20 mars.