Et si on visitait Issy-l'Evêque.... au début du XX° siècle.

23/03/2020

Située entre Morvan et Charolais, la ville comptait environ 2000 habitants vers 1900. (850 aujourd'hui). C'est la plus vaste commune de Saône-et-Loire avec ses 7113 hectares de superficie.

L'agriculture et l'élevage étaient les principales activités, mais il y avait de nombreux commerces, des écoles (dont une tenue par des religieuses), un hôpital, des châteaux, etc...

Le château de Montrifaut fut bâti entre 1895 et 1898 pour Jean Jacquelot de Chantemerle de Villette, riche propriétaire marié en 1892 avec Marie Courtin de Neufbourg. Celui-ci possédait 600 hectares dans la région et deviendra maire d'Issy-l'Evêque de 1897 à sa mort en 1920.

Construit dans un style anglo-normand, genre hôtel des cités balnéaires, ce château possédait une glacière unique en Bourgogne, en forme de deux cônes superposés de même volume dont la partie inférieure est enterrée.

On pouvait y mettre 11 m 3 de glace. La partie supérieure est couverte en chaume. L'hiver, les fermiers sciaient la glace sur l'étang. Celle-ci était ensuite empilée dans la glacière, 1 mètre au-dessus du sol. On faisait couler de l'eau chaude sur toute la surface, une très petite partie de glace fondait et remplissait les cavités entre les morceaux. 

Il se formait alors un bloc compact de 10 à 11 m 3 de glace qui mettait plus d'une année pour fondre.

L'été, on piochait dans ce bloc pour boire frais et conserver les aliments,.

Le château de Montrifaut fût propriété de la commune de 1986 à 2000, avant de devenir un centre équestre;

Il y eut un autre château célèbre sur le territoire d'Issy: le château de Champcery où naquit Madame de Genlis (1480-1541) femme de lettres. Cette bâtisse a disparu. 

Le bâtiment de la mairie abritait aussi les classes de l'école primaire publique. Mais la commune comptait également une école privée qui fut, pendant la première guerre mondiale un lieu d'hospitalisation temporaire de soldats blessés.

Issy-l'Evêque avait aussi son hôpital.

L'église Saint-Jacques-le-Majeur, (XII°) de style roman, eut a l'époque révolutionnaire, un occupant qui fit parler de lui: le fameux père Carion, curé révolutionnaire. Élu maire en 1790, il fit d'Issy-l'Évêque une commune autonome. Il avait pris la tête du Tiers-État. Il rédigea un code fait de 90 articles, sorte de mini-constitution faisant une ébauche de « petite République » appelée Issy-la-Montagne

Accusé de crime de lèse-nation, il fut arrêté et ne dut d'avoir la vie sauve qu'aux interventions favorables de Robespierre et Mirabeau, membres de la Constituante (qui rendit un décret favorable au prêtre, qui fut libéré le 18 avril 1791)9.

Issy possédait également une gare à la jonction de deux lignes ferroviaires. La ligne de Digoin à Etang-sur-Arroux, de 52,882 Km, a été ouverte le 30 juillet 1893. Sa fermeture totale a été prononcée le 15 septembre 1953.

La section de Toulon-sur-Arroux à Bourbon-Lancy, de 45,2 Km, a été mise en service le 16 mai 1900 et fermée au trafic le 1er mai 1939.

Il s'agissait d'un tacot qui permettait aux éleveurs de se rendre sur les foires de la région.

L'élevage était un effet l'activité majeure de la commune et l'animation se concentrait généralement autour du champ de foire et de la place.

Comme toutes les communes de France, Issy-l'Evêque connut son lot d'enfants du pays tombés lors de la guerre 1914-1918. Après le conflit, un monument aux morts fut érigé.

ll fut inauguré le 15 août 1922, en présence du député Émile Decoëne-Racouchot, né le 12 juillet 1878 à Issy-l'Évêque et décédé le 13 avril 1959 à Toulon (Var). Agriculteur, conseiller municipal d'Issy-l'Évêque, conseiller général, il est député de Saône-et-Loire de 1919 à 1924.

Voici quelques rues, commerces et lieux-dits au fil des cartes postales.

L'Hôtel des Voyageurs a connu une hôte célèbre en la personne d'Irène Némirovsky, romancière russe d'expression française morte le 19 août 1942 à Auschwitz, auteur à succès dans la France des années 1930

Issue d'une famille juive fortunée, épouse de Michel Epstein, émigré russe juif dont elle eut deux filles; arrêtée en juillet 1942, elle meurt du typhus après quelques semaines de détention à Auschwitz. Son mari y est déporté et tué en novembre..