Bibracte - Un monde d'images.

18/04/2019

Regards croisés sur les collections archéologiques de Bavière

En 2019, le musée de Bibracte accueille des chefs d'œuvre des collections archéologiques de Bavière.

A la faveur de la rénovation du musée d'Archéologie de l'Etat de Bavière, Bibracte bénéficie d'un prêt exceptionnel d'objets qui illustrent la diversité des productions artistiques du dernier millénaire avant notre ère. 

Ces objets témoignent de l'originalité des sources d'inspiration des artisans des régions d'Europe moyenne à cette époque, que les spécialistes ont désigné dès le milieu du XIXe siècle du nom d'art celtique.

Une exposition produite en partenariat avec le musée d'Archéologie de l'Etat de Bavière à Munich, le Kelten Römer Museum de Manching (Bavière) et le Laténium, parc et musée d'archéologie de Neuchâtel

L'inauguration de l'exposition aura lieu le vendredi 3 mai, à 17 H. au musée, en présence de Madame Marie-Guite Dufay, présidente de la Région.

Nous vivons dans un monde envahi d'images produites ou véhiculées par la publicité, la télévision, le cinéma, les arts, l'édition, l'internet... 

Ces images disent notre vision du monde et donc ce que nous sommes. 

Le pouvoir des images était certainement encore plus fort à l'âge du Fer, à une époque où les images et les objets qui les portaient étaient bien plus rares et où l'image n'était pas encore concurrencée par l'écriture. 

Comment l'apparence visuelle des objets et ses changements au cours du dernier millénaire de la préhistoire européenne peuvent-ils nous dire la façon dont nos prédécesseurs percevaient le monde et concevaient la place qu'ils y occupaient ? Autant de questions que pose l'exposition Un monde d'images, à partir des exceptionnelles collections archéologiques de l'Etat de Bavière (Allemagne). 

En l'absence de témoignages écrits émanant directement des peuples de ces régions, seule l'étude des objets et des aménagements qui ont laissé des traces durables dans le sol nous permet de les aborder, par le biais de l'archéologie. 

Les objets présentés dans cette exposition couvrent tout le millénaire qui précède le changement d'ère, soit la toute fin de l'âge du Bronze et l'âge du Fer, jusqu'au moment où la Bavière, comme une grande partie de l'Europe tempérée, est englobée dans le monde romain. 

Dans ce contexte, les objets ornés se singularisent par les motifs qu'ils portent. Géométriques ou figuratifs, associés en des compositions abstraites ou pourvus de détails en prise avec le réel, nouant un lien intime avec la matière dans laquelle ils sont façonnés, les ornements semblent constituer un langage dont les codes nous échappent souvent. 

Pourtant, tantôt abordées à travers l'œil de l'historien de l'art soucieux de définir un « art celtique » ordonné en une série de styles formels, tantôt envisagées sous l'angle anthropologique qui tente de les reconnecter aux sociétés qui les ont produites, les images léguées par la Protohistoire se font le reflet d'un monde à jamais disparu.