Un 5 août

05/08/2018

Ephéméride:

Le 5 août 355: décès de Saint-Cassien à Autun.

Cassien d'Autun - Cassianus, est un évêque, né à Alexandrie en Égypte et mort martyr à Autun, le 5 août 355 et inhumé en ce lieu.

  • C'est à la suite de la paix de Constantin qu'il eut une vision et décida de s'embarquer avec quelques compagnons pour venir évangéliser les Bretons. Passant à Autun, il devient l'adjoint de Saint Rhétice  évêque des lieux.

Élu évêque d'Autun à la mort de Rhétice, il poursuivit l'évangélisation des Éduens et mourut  le 5 août 355 après vingt années d'épiscopat. Il fut inhumé au polyandre de Saint-Pierre l'Étrier sur la via strata

Grégoire de Tours, qui vint à Autun deux siècles et demi après sa disparition, dit avoir vu une grande vénération sur son tombeau.

Très vénéré au Moyen Âge, il avait de nombreuses fêtes : 1er janvier, 9 février, 2 mai, 16 juillet, 14 novembre, autant de dates que d'événements au cours de sa vie, son arrivée à Autun, son ordination et les diverses dates des translations de ses reliques.

Souvent confondu avec d'autres Cassien (il y a de nombreux Cassien dans l'histoire de l'Église) 

Le 5 août 1827: naissance de Marie-Joséphine de Marchef-Girard à Autun.

Marie-Joséphine de Marchef-Girard est née le 5 août 1827 à Autun et décédée après 1887. Elle est une figure phare de l'enseignement professionnel des jeunes filles. Sous-maîtresse à Mâcon de 1847 à 1849, on la retrouve, directrice d'écoles et inspectrice.

Le 3 novembre 1880, elle est directrice du Collège Sevigné, puis à l'école Monceau en 1883. Elle a également est nommée inspectrice générale des Ecoles Primaires Supérieures en 1887.

Pour l'année 1888+1889, elle est chargée d'une mission d'inspection des écoles primères supérieures de jeunes filles, pour les cours spéciaux d'enseignement industriel.

Co-auteure de l'ouvrage avec Alphonse de Lamartine, Les femmes, leur passé, leur présent, leur avenir, elle y retrace l'histoire de la femme dans une perspective religieuse et notamment évoque le fait que la religion a été un secours pour des femmes en souffrance. Le religieux est perçu selon elle comme un recours intellectuel et une consolation contre la souffrance due à leur infériorité sur le sexe masculin.

Elle écrit également, "Des Facultés humaines et de leur développement par l'éducation.", " Cours d'économie domestique à l'usage des écoles normales, lycées, collèges, pensionnats, écoles primaires supérieures".