Toulon-sur-Arroux - L'Histoire se répète.

12/05/2019

Le nouveau kiosque à musique, 121 ans après.

 Originaire de Chine, le kiosque à musique est entré en Europe par la Turquie. Il s'agissait alors plutôt d'un élément architectural voué au décor des parcs fleuris et du bords des étangs.

En France, la réception de la musique n'est plus, au XIXe siècle, l'apanage des classes aisées, et l'on voit naître alors de nouvelles formes de diffusion œuvres, hors des salles de spectacles (fanfares, chansons de rues).

De plus, après 1970, on glorifie l'armée et la musique militaire connaît un grand succès. Elle touche la population et encourage les sentiments patriotiques.

Le kiosque à musique concrétise la coexistence de différents modèles de diffusion et les concerts sont l'occasion pour l'armée de développer des relations publiques.

Dans le même temps, le patronat encourage les ouvriers à pratiquer la musique (ça les occupera !) et des fanfares naissent un peu partout dans les villes industrielles.

La construction en France d'environ quatre mille kiosques à musique entre 1850 et 1914 est particulièrement significative de cette évolution. Elle était prévue pour le divertissement.

Le kiosque est composé d'un socle dont le plancher est surélevé pour la scène.

Comme beaucoup de ses voisines, la commune de Toulon-sur-Arroux lança l'idée de construire un kiosque à musique, sur la place d'Armes, juste devant la mairie, en 1896. Cette place était alors encadrée par l'hôtel de la poste et un café.

En avril 1898, la construction débuta. Une tombola publique permit de récolter les fonds nécessaires. Les travaux furent menés par l'entreprise locale de maçonnerie des frères Chandioux.

Les commerçants installés autour de la place profitèrent immédiatement de la présence du kiosque, En effet, avec l'arrivées des beaux jours et des belles soirées, les concerts connurent un franc succès. On y venait en famille déguster de la musique. Aussi,  les terrasses de café comme les magasins près de la place ne désemplissaient pas. 

Cependant, de nos jours il n'en subsistait plus rien.

De fait, cet édifice incommodait le voisinage par la présence de toilettes publiques installées en sous-sol et gênait surtout le stationnement des voitures.

Ce fut curieusement le petit-fils du constructeur qui demanda sa démolition au conseil municipal en 1961.

Mais l'Histoire va se répéter 120 ans plus tard!

Dans le cadre du plan d'aménagements urbains, entamés par la municipalité actuelle, un kiosque a été installé il y a quelques jours sur la place De-Lattre-de-Tassigny (ancienne place des Armes) devant la mairie.

Construit par l'entreprise de ferronnerie toulonnaise Lucenet, le nouvel édifice a des similitudes avec l'ancien.  Son prédécesseur ayant résisté 63 ans, qu'en sera-t-il de celui-ci ?