Toulon-sur-Arroux - 170° anniversaire de l'abolition de l'esclavage.

11/05/2018

Commémoration à la stèle place Claude Burgat.

Bernard Labrosse, maire de Toulon-sur-Arroux accueillait ce jeudi de l'Ascension, les participants à une cérémonie organisée pour célébrer le 170° anniversaire de l'abolition de l'esclavage.

On notait la présence, devant la stèle de la place Claude Burgat, de membres de la municipalité, d'une délégation des Amis des Antilles, de porte-drapeaux des Anciens Combattants, de la FNACA, de soldats du feu,. Etaient également présents Mme Alice Besseyrias, représentant le Comité des Droits de l'Homme, de quelques enseignantes accompagnées d'une poignée d'enfants (il faut dire que durant cette semaine spéciale comportant plusieurs jours fériés, ceux-ci avaient déjà été sollicités pour le défilé du 8 mai), ainsi que la deuxième dauphine de la reine de Toulon: Amandine Deschamps.

Dans son discours, Bernard Labrosse déclarait que:

"Cet anniversaire, qui a une portée nationale, a un retentissement particulier dans l'histoire locale. En effet, dès 1789, les représentants du peuple, le maire de l'époque M. Saclier, ont été les précurseurs, des avant-gardistes, pour porter l'idée de l'abolition de l'esclavage.

Ils ont été les porte-paroles du baillage du Charolais pour mener ce combat.

Cette célébration met à l'honneur une page oh combien importante de l'histoire de Toulon, cette page qui prône la liberté et l'égalité des hommes quelle que soit leur couleur de peau.

Notre cérémonie s'intègre dans les manifestations du Festival Outre-Mer en Bourgogne organisé par l'association Les Amis des Antilles de Montceau-les-Mines. Je les remercie de leur présence et j'adresse des remerciements très chaleureux à leur présidente Madame Christiane Mathos, qui s'investit sans compter pour faire connaître la culture ultra-marine et pour porter, bien au-delà de Montceau, le message de l'abolition."

Et Monsieur le maire de poursuivre:

"Grâce à l'association, grâce à sa présidente, la Route des Abolitions de Saône-et-Loire prend forme peu à peu. Plusieurs communes du départements, je pense à Mâcon, Milly-Lamartine, Charolles, Paray, Digoin, Cormatin, Génelard ont un lien fort avec l'abolition de l'esclavage.

La Route des Abolitions de Saône-et-Loire a déjà rejoint La Route des Abolitions du Grand-Est de la France. Nous devons nous y affirmer et prendre toute notre place. Les rencontres avec les représentants de Champagney, de Fessenheim, de Chamblanc, d'Embermesnil, du Fort-de-Joux ont été enrichissantes et ont créé des liens. Nous devons maintenant être membre à part entière de la Route Nationale de l'Abolition.

Alors que nous célébrons 170 ans d'abolition, ne devons-nous pas encore nous interroger sur l'esclavage ? Nos sociétés modernes, dites développées, ont-elles totalement éradiqué ce fléau ?"

Après avoir cité Victor Schoelcher (connu pour son combat pour l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises), Bernard Labrosse donnait la parole à Christiane Mathos qui reprenait les déclarations précédentes pour réaffirmer que le but de l'association est de faire en sorte que la vie sur Terre soit la meilleure possible.

Après l'audition de la Marseillaise, un groupe des Amis des Antilles interpréta un beau chant intitulé "Complainte noire", puis tout le monde se rendit rue du Pont pour visiter l'exposition des Arts et Loisirs, dans laquelle une place était faite au thème de l'esclavage.

Enfin, la matinée se termina dans le hall de la mairie où se tenait une autre exposition,  prêtée par la commune de Chamblanc et consacrée à Anne Marie Javouhey.