Les chrysanthèmes - ambassadeurs de l'automne.

31/10/2018

Le chrysanthème est la fleur qui recouvre généralement les tombes à la Toussaint.

Cette tradition est assez récente: elle est née en 1919. Pour célébrer le premier anniversaire de l'armistice, le président de la République Raymond Poincaré a ordonné le fleurissement des tombes pour le 11 novembre. Jusqu'alors c'est surtout avec des bougies que le souvenir des morts était célébré.

Or le chrysanthème étant l'une des rares fleurs qui fleurissent à ce moment de l'année, c'est lui qui fut choisi. Cette tradition se décala peu à peu du 11 novembre au jour de la Toussaint.

Ces magnifiques plantes chamarrées sont donc aujourd'hui symboles de tristesse, d'amertume et de mélancolie. Or il n'en fut pas toujours ainsi:

Sous d'autres cieux que les nôtres, au Japon, par exemple, les chrysanthèmes sont sujet d'un véritable culte national et les noms qu'on leur donne en témoignent:

"nuage automnal", "soleil de minuit", "sourire de la vallée", "brume de montagne" ou encore "dix mille fois saupoudré d'or".

Leur nom tiré du grec signifie "fleur d'or". Car au départ les chrysanthème étaient uniformément jaunes. Mais grâce aux continuelles trouvailles des horticulteurs, ils offrent aujourd'hui toutes les couleurs de la palette.

Jusque vers la fin du XVIII° siècle, le chrysanthème était ignoré de nos régions. Le Marseillais Pierre Louis Blancart en ramena quelques graines d'une de ses randonnées (1789). Il les sema et en fit porter quelques pieds au jardin du roi Louis XVI.

L'horticulteur Bernet en obtient rapidement 6 variétés différentes et en 1856, un catalogue présente déjà plus de 300. D'autre part, un voyageur du nom de Robert Fortune, revint d'Extrème-Orient porteur de variétés somptueuses.

Il fallut attendre 1883 pour qu'à Douai, quelqu'un eût l'idée d'un premier concours de chrysanthèmes.