Gueugnon - Un café-citoyen passionnant.

20/10/2018

La maternelle est une école.

Ce samedi matin, les Délégués Départementaux de L'Education Nationale du secteur de Gueugnon organisaient un café-citoyen au rez-de-chaussée du Château-d'Aux.

Le thème du débat : " l'école maternelle est une école".

La présidente Jeanne Joly accueillait le public composé de maîtresses de maternelles, actives ou retraitées, de quelques parents et de DDEN venus de plusieurs secteurs.

Parole était d'abord donnée à Madame Odette Lepetit, présidente départementale des DDEN, qui expliquait le rôle des DDEN : un ami de l'école nommé par le Directeur Académique des Services de l'Education Nationale (DASEN) pour des périodes de 4 ans. C'est un bénévole dont les tâches principales sont de visiter les établissements scolaires (équipement, entretien, sécurité, hugiène,...) de participer aux conseils d'école, d'être médiateur et de provoquer des animations au service de l'école de la République. Contrairement à ce que pensent certains, il n'est pas obligatoirement retraité de l'Education Nationale, mais tout un chacun peut être DDEN dès 25 ans, pourvu qu'il montre son attachement à la cause de l'enseignement public.

Puis le débat était lancé par Madame Françoise Malherbe, médécin scolaire. Le but n'était pas d'amener des réponses mais de poser des questions et d'en débattre. Il ne fallut pas attendre longtemps pour que l'assistance prenne la parole et les échanges furent riches et intéressants.

Les thèmes abordés furent nombreux mais celui qui a le plus retenu les attentions fut celui de l'obligation d'instruction dès 3 ans, applicable en 2019.

«J'ai décidé de rendre obligatoire l'école maternelle et d'abaisser de 6 à 3 ans en France l'obligation d'instruction dès la rentrée 2019»,déclarait Emmanuel Macron,«Dans notre mythologie républicaine, l'école maternelle n'occupe pas toute la place qu'elle pourrait occuper. Elle est et sera davantage à l'avenir un moment fondamental de notre parcours scolaire».

Aujourd'hui, 97,6 % des enfants de 3 ans (et quasiment 100 % des enfants de 4 et 5 ans) vont déjà à l'école maternelle. Cette annonce n'aura donc de conséquence que pour le petit pourcentage restant. Et encore : rien n'obligera les parents à mettre leurs enfants à l'école. Comme l'a rappelé Françoise Malherbe, ce n'est pas l'école en tant que telle qui est obligatoire, mais l'instruction. Elle peut se faire, au choix, à l'école, (publique ou privée) ou à la maison.

Lla question était surtout, parmi les présents, de savoir si les petits seraient obligés de fréquenter l'école chaque après-midi.

Madame Nathalie Chapuis, directrice de maternelle, indiquait aussi qu'un retour en arrière était intervenu depuis peu dans les instructions officielles. Avant 2015, on s'attachait trop aux apprentissages en délaissant les manipulations nécessaires au développement, et en négligeant aussi le respect du rythme de chaque enfant. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Au fil du débat, des remarques fusaient :

« Si les parents sont angoissés, la rentrée sera plus difficile pour l'enfant. »

« Il faudrait une école des parents ! »

« Cette mesure qui paraît avant tout symbolique va en réalité avoir des répercussions financières bien concrètes pour les mairies... En faveur du privé sous contrat. »

L'assistance et les intervenants ont également débattu de l'accueil des enfants pas encore propres, de l'accueil des élèves handicapés, du manque d'encadrement (AVS).

A la tournure qu'a pris ce débat, il est à parier que les DDEN de Gueugnon, qui avaient déjà organisé d'autres cafés-citoyens sur d'autres thèmes, auront à cœur de reconduire ce genre de manifestations.