Bibracte - démonstration de rapaces en vol.

04/07/2018

Les mardis, mercredis et jeudis en juillet et en août à 17 h.

L'équipe d'Echappée Morvan d'Ailes propose durant la saison estivale 2018 une grande nouveauté : des démonstrations pédagogiques et éducatives de rapaces en vol libre à Bibracte !

Ces démonstrations sont le fruit d'un long travail de recherches à tous les niveaux:

  • - logistiques et techniques afin de trouver un lieu adéquat pour les vols des oiseaux;

  • - pratiques puisque ces démonstrations de vols sont le résultat d'entraînement des oiseaux depuis plusieurs années afin qu'ils soient à la fois efficaces en vol, mais aussi satisfaits de leur travail;

  • - et enfin théoriques : ces présentations se veulent innovantes, en matière de réflexion sur le statut animal en captivité, mais aussi sur le caractère éthique du discours pédagogique. L'heure est au retour aux démonstrations pédagogiques comme celles qui étaient montrées au début de l'existence des voleries de rapaces, au début de la mise en place du statut de protection de la faune sauvage. On protège mieux ce que l'on connait

  •  Et, aujourd'hui, le cycle recommence: notre nature a de nouveau besoin d'être étudiée, expliquée et protégée.

Depuis 4 ans, les fauconniers d'Echappée Morvan d'Ailes proposent des randonnées avec les buses dans la forêt du Mont Beuvray, expérience unique en France et allant à contresens des prestations habituelles de fauconnerie, type spectacle médiéval ou autre « bird show », où le but est d'en mettre plein les yeux des spectateurs en leur montrant de gros oiseaux, beaucoup d'oiseaux, que l'on fait voler sur des trajectoires calculées pour qu'ils frôlent les gens.

En randonnée, les oiseaux sont libres pendant 1h30, en pleine nature, et ce sont eux qui gèrent leurs trajectoires, leur proximité ou leur distance avec les spectateurs. Les oiseaux suivent les fauconniers sur un sentier de plus de 2 km, en toute liberté, chassent un mulot, reviennent auprès du groupe, s'envolent un peu plus loin... Les spectateurs ne sont plus simples spectateurs, mais acteurs d'une balade hors du commun, une balade que l'on fait tous ensemble, humains et oiseaux.

L'occasion également de rendre les fauconniers accessibles, pas en tant que dresseurs déguisés maîtrisant la « magie des oiseaux », mais en tant que pédagogues, disponibles pour expliquer comment ça marche, expliquer où en est la nature et sa faune aujourd'hui.

Ces randonnées ont été conçues par ces fauconniers pour permettre à leurs oiseaux de bénéficier d'un travail plaisant, en toute liberté et dans un cadre silencieux et serein, pour permettre aux gens de vivre une expérience d'évasion, de rêve, tout en apprenant quelque chose sur notre belle nature.

La suite logique est donc de pouvoir continuer sur cette lancée, présenter d'autres oiseaux que les buses : des faucons, des chouettes, des hiboux, des aigles, toujours dans ce cadre magnifique et sauvage, et avec le temps de les faire voler, le temps de les attendre quand ils volent un peu plus, le temps de parler et d'échanger idées, opinions et rêves sur la nature...

Dans ces démonstrations, comme dans les randos, l'objectif est de redonner la place prépondérante aux oiseaux : ce sont eux que les spectateurs viennent admirer, et non les fauconniers.

Leur rôle est d'être les ambassadeurs de leur espèce, de représenter leur homologues sauvages, de parler (à travers la bouche des fauconniers) de leur milieu naturel, de leur mode de vol et de chasse, de leurs comportements sociaux ou de reproduction, de leurs régimes alimentaires et de leurs habitats, de leurs difficultés et des menaces qui pèsent sur eux.

Oiseau après oiseau, ambassadeur après ambassadeur, les fauconniers raconteront donc les histoires de chacun, en tant qu'espèce et en tant qu'individu, parleront des goûts et des facéties de chaque oiseau, et aborderont les sujets qui fâchent, mais qui sont de la plus haute importance :

  • la réduction des habitats des animaux à cause de l'expansion de l'activité humaine (l'urbanisation, les éoliennes, les circuits électriques, le trafic routier et aérien),

  • la rentabilisation de la nature (les monocultures maraîchères, céréalières et forestières, l'utilisation des pesticides),

  • le trafic d'animaux sauvages (2ème plus grand trafic au monde, après les armes mais avant la drogue...),

  • et ce qui en découle : le déclin de la biodiversité et les déséquilibres écologiques...

« Notre objectif est d'aller à l'encontre des attitudes résignées devant cette ambiance de consommation de masse : il est possible d'oeuvrer pour montrer la nature autrement, pour concevoir le travail avec les animaux autrement, dans le respect de leurs capacités et de leurs personnalités.

Il est possible d'agir à notre niveau pour aider à préserver cette nature, par de petites actions, par de petites démarches, qui prendront de l'ampleur, afin que nos enfants puissent plus tard connaître cette nature que nous avons connue nous-mêmes enfants. Et on espère que la « magie » de Bibracte aidera nos spectateurs à méditer sur tous ces sujets, et que le message se transmettra. »

Les démonstrations ont lieu les mardis, mercredis et jeudis en juillet et en août à 17h (prévoir d'acheter son billet à l'accueil du musée avant 16h30).

L'accès au lieu de la démonstration se fait par navettes de bus (places limités) ou à pied.

Tarif : 6,50 € par personne.

Pour les enfants : 6,50 €, 5 € à partir du 2e enfant, gratuit pour les moins de 3 ans.

Le musée de Bibracte est ouvert tous les jours jusqu'au 11 novembre.

En ce moment, exposition temporaire Monnaie - Monnaies !, produite en partenariat

avec le Musée monétaire et le musée cantonal d'Archéologie et d'Histoire de Lausanne