Autun le 9 mai 1892 - première course cycliste sur route dans la région.

09/05/2019

L'invention du vélocipède par Michaux en 1865 permit l'organisation des premières épreuves cyclistes. Cependant, certains champions utilisaient encore le grand-bi dans les années qui suivirent;

En 1870, la première course ayant eu son départ en Bourgogne fut un Dijon-Besançon, rempoté par Albert Laumaille de Château-Gontier en parcourant les 58 km en 5 heures et 20 minutes.

Dès 1872, plusieurs épreuves pénétrèrent en Saône-et-Loire, mais toujours avec départ ou arrivée à Lyon. (Lyon-Chalon-Lyon ou Lyon-Mâcon-Lyon)

Mais peu à peu, le public s'enthousiasma pour des courses sur pistes, vélodromes ou circuits en terre battue, et de nombreuses villes de Bourgogne possédaient un anneau de vitesse:

Autun (sur la promenade des Marbres), Auxonne, Chalon (vélodrome Sainte-Marie), Châtillon-sur-Seine, Le Creusot (vélodrome Montporcher), Dijon (vélodrome du Parc), Joigny, Montceau (vélodrome de Bel-Air), Nevers, Nolay, Recey-sur-Ource, Saint-Jean-de-Losne, Sens, Tournus, etc...

Les héros de l'époque se nommaient Louis Cottereau (Dijon), Geo Lambrecht (Lyon), Eugène Brice et Emile Testevuide (Dijon) ou encore Cavalier (Chalon).

Ils s'affrontaient sur bicycles, tricycles et même sur monocyles. Ils étaient adulés par les foules en liesse.

La première course sur route 100 % bourguignonne se déroula à Sens, le 24 juin 1888, année de l'invention du pneumatique. Rappelons que le premier dérailleur, oeuvre du Dijonnais Lucien Juy, ne verra le jour qu'en 1928 ! Ceci explique peut-être la préférence des cyclistes pour les pistes plutôt que pour les routes vallonnées de notre région.

La première course sur route répertoriée en Morvan fut une épreuve de 100 km attribuant le brevet de l'Union Vélocipédique Française (UVF ancêtre de la FFC), le 9 mai 1892. Dix-sept concurrents prirent le départ et treize terminèrent malgé un fort vent sur le chemin du retour vers la cité éduenne.

C'est l'Autunois Léon Corcevay qui l'emporta en 4 H. 12 mn. 

Vint ensuite François Bourgeois (Autun) à 23 minutes ! Puis Jusot à 47 mn, Lamarre, Germain, Graillot, Colin,  Châtillon, Thibaudin, Perraudin et le jeune Rion (14 ans). et enfin, Graillot-Louviot et Giroux.

Le 15 mai suivant, Tissier (Paray) remportait la course Paray-Marcigny. 

Les épreuves sur routes se multiplièrent, mais le public se tourna encore longtemps de préférence vers les courses sur vélodromes ou pistes cendrées.