Un 6 août.

06/08/2017

Naissance d' Antoine Xavier Mayneaud de Pancemont:

La famille Mayneaud a fourni à la région et à la France, toute une lignée de personnages importants. Le berceau de cette famille se situe à Poisson où des ancêtres laboureurs travaillaient cette terre du Charolais.

L'un d'eux, Benoît Mayneaud se fixa à Génelard, à la ferme de la Tour de la Geneste. Par la suite, ses descendants accoleront à ce nom les noms de leurs terres: ainsi nous aurons des Mayneaud de la Tour, des Mayneaud de Lavaux, des Mayneaud de Bisefranc, des Mayneaud de Collonge ou encore des Mayneaud de Pancemont.

Hugues de Mayneaud de Bisefranc (1715-1781), seigneur de Lavaux, né à Digoin, receveur des fermes du Roi (dont on dit qu'il sauva Digoin de la famine en 1771), eut 6 enfants:

- Jeanne-Joseph (1749-1817) religieuse des carmélites de Moulins,

- Claude-Sylvain-Raphaël Mayneaud de Bisefranc (1750-1792) docteur en droit, prêtre massacré par des révolutionnaire et béatifié.

- Etienne Mayneaud de Lavaux (1751-1818) général, député et gouverneur de Saint-Domingue.

- Françoise-Marie-Charlotte (1553-1822) marquise de Pierre-Levée,

- Jean-Baptiste-François Mayneaud de Bisefranc (1755-1836) président du parlement de Bourgogne et baron d'empire,

- et enfin Antoine-Xavier Mayneaud de Pancemont, celui qui nous intéresse aujourd'hui.

Né le 6 août 1756 à Digoin, il est ordonné prêtre en 1781, puis vicaire général de Monseigneur de Marbeuf à Autun en 1783. Docteur en théologie (1784), curé de Saint-Sulpice à Paris (1788), il refuse la Constitution civile du clergé et doit émigrer.

Il rentrera en France pour développer le culte catholique clandestin. Il dut à nouveau fuir en Allemagne puis en Suisse où il demeura jusqu'en 1798.

Après la signature du Concordat (1801), il est nommé évêque de Vannes, où il fonde l'oeuvre des Soeurs de la Charité de Saint-Louis, maison pour filles abandonnées. Il décéde le 13 mars 1807 à Vannes.

Les générations suivantes de Mayneaud connurent aussi la célébrité et nous y reviendrons.