Un 5 mars

05/03/2018

Naissance à Autun de Jules de Monard. (1878)

Jules de Monard est né à Autun le 5 mars 1838. Issu d'une famille des militaires, il est le fils d' Etienne de Monard, captaine commandant le 12° Régiment d'Artillerie, qui habitait alors rue Chauffaut. Il était également le petit-fils de Jean-Nicolas de Monard, général de la Révolution et de l'Empire.

.Saint-cyrien de la promotion de l'Indoustan (1857-1859), officier d'infanterie, Jules Monard sert d'abord au 8e Bataillon de chasseurs à pied. Lieutenant, il est blessé à la bataille de Rezonville, le 16 août 1870 lors de la Guerre franco-allemande de 1870.

Promu capitaine, il est à nouveau blessé à deux reprises pendant le siège de Metz en septembre 1870. Ses états de services lui valent d'être fait chevalier de la Légion d'honneur en mai, puis officier en juin 1871. Le 25 mars 1875, Monard est promu chef de bataillon et il prend le commandement du 17e Bataillon de chasseurs à pied à Batna en Algérie. 

Entre juin et septembre 1879, il lutte contre l'insurrection de l'Aurès. Lieutenant-colonel en 1882 puis colonel en 1887, il commande le 37e régiment d'infanterie de 1887 à 1890. Monard est promu général de brigade en 1892. Après avoir commandé une brigade, il est nommé à la tête de l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr le 12 octobre 1893.

Pendant son commandement, le fonctionnement et l'organisation de l'Ecole sont compliqués par la forte augmentation des effectifs (environ 950 élèves en 1894 contre 740 en 1883). Pour la formation, cette augmentation a pour conséquence de surcharger les classes. Cependant, malgré les difficultés, il réussit à recruter des instructeurs (en particulier pour les cours d'artillerie) et il obtient des moyens supplémentaires (des chevaux par exemple pour l'enseignement de l'équitation).

Il quitte le commandement de la Spéciale le 31 mars 1896. Promu général de division, il occupe les fonctions de directeur de l'infanterie avant de commander plusieurs grandes unités. En 1898, il commande le 20e corps d' Armée à Nancy jusqu'au 9 février 1901. Monard est élevé à la dignité de Grand officier de la Légion d'honneur en décembre 1902, puis il est mis en disponibilité et passe au cadre de réserve le 5 mars 1903. Il s'éteint à son domicile parisien le 9 mai 1930 et repose depuis au cimetière du Père Lachaise.