Un 23 septembre à Tavernay

23/09/2017

Naissance de Jean Roidot (1794)

Jean Lazare Roidot Déléage est né à Tavernay le 23 septembre 1794, au hameau des Guyards. Fils de Jean Roidot et de Claudine Pinard, il ne prit ne nom de Déléage qu'après son mariage en secondes noces avec Marie Agathe Déléage, le 15 mars 1828 à Autun.

Sa première épouse, Cécile Régnier (Autun 28 avril 1823) est décédé à 22 ans en 1824.

En 1820, il entre au corps des Ponts et Chaussées comme géomètre et conducteur. En 1833, il se consacre à l'architecture et devient architecte-voyer d'Autun en 1859.

Au milieu de ses devoirs professionnels, il avait su toujours se ménager le temps de l'étude et était entré en relation avec l'abbé Toufflaut qui maintenait à Autun le culte de la botanique. Après un savant apprentissage auprès de cet érudit, il forma plus tard un catalogue important des plantes de l'Autunois et du Morvan, inséré dans la Flore du centre de la France, de Boreau.

Il avait joint à l'étude de la botanique celle de l'entomologie et particulièrement celle des papillons. Depuis 1843, il avait exécuté avec le plus grand soin, une série d'aquarelles comprenant 1200 individus appartenant au centre de la France, dont environ 1000 au département de la Saône-et-Loire et correspondant ainsi à la même région que ses études de botanique. 

Entomologiste, botaniste, il fut aussi archéologue.

Ses occupations professionnelles l'obligeant à de longues et fréquentes courses qu'il faisait à pied, il parcourait ainsi le pays dans ses recoins les plus isolés. À la botanique et l'entomologie, il avait donc joint une nouvelle branche d'exploration : celle du réseau des voies romaines du pays éduen. Son esprit méthodique n'omettait aucune observation ni aucun détail et son œil exercé reconnaissait la trace des voies aux nuances du terrain, aux débris des empierrements quand la charrue ou la main de l'homme les avaient rendues pour tout autre méconnaissable. C'est ainsi que durant une période d'environ quarante ans, il découvrit ou releva la plupart des tronçons qui lui permirent de reconstituer la carte des routes romaines de l'Autunois et du Morvan. Elle parut en premier lieu en 1856 dans une publication de la Société Éduenne ; mais, depuis cette époque il l'avait complétée par de nouveaux éléments qui ont été communiqués à la commission de topographie des Gaules.

Jean Roidot-Déléage alignait les constatations journalières et, au bout de cinquante ans, on vit apparaître avec surprise un plan de la voirie d'Augustodunum restitué à l'aide d'une multitude de tronçons épars, minutieusement constatés et notés. Ce relevé d'un intérêt capital pour l'histoire locale et pour l'archéologie en général, mérita à son auteur en 1869, une médaille de la Société française de numismatique et d'archéologie. 

Parallèlement à ce travail d'ensemble, Jean Roidot-Déléage a étudié et relevé les plans et détails de chacun des monuments antiques d'Autun, dont il a laissé un album complet.

Il fut aussi pendant 33 ans conseiller municipal d'Autun. Il mourut à son domicile, 31 faubourg Saint-Andoche, le 22 septembre 1878.