Un 14 août à Autun

14/08/2018

Ephéméride

Le 14 août 1770, naissance de Léonard Bertheault de Noiron à Autun:

Fils de Pierre, écuyer, lieutenant de cavalerie et brigadier des gendarmes bourguignons, Léonard Bertheault de Noiron était lieutenant au régiment d'Artois quand survint la Révolution.

Il émigra en 1791 et fut employé comme capitaine de cavalerie dans l'armée de Condé.

Inscrit en 1793 sur la liste des émigrés, il adressa une réclamation, affirmant ne jamais avoir quitté le Jura. Il rentra discrètement en France. Mais après le 18 fructidor, il dut repartir en exil.

En 1800, il rentra définitivement à Autun, mais placé sous surveillance.

Il devint conseiller municipal et reçut la Croix de Saint-Louis, récompensant les officiers valeureux. Il obtint une rente.

Il mourut en 1850 au château du Puy à Sully. Il avait épousé en 1802 Charlotte de Fontenay dont il eut un fils, Prosper (1804-1880)

Le 14 août 1815, naissance à Autun de Charles Naudin.

Charles Victor Naudin est né le 14 août 1815 à Autun. Il est le fils de Michel Naudin, instituteur domicilié au Faubourg Saint-Jean, et de Françoise Deroche. Il est l'un des précurseurs de la génétique.

Après des études à Bailleul-sur-Thérain (1828), puis à Limoux, il est diplomé de l'Université de Montpellier en 1837. En 1842, il obtient son doctorat en biologie et enseigne jusqu 'en 1846, en particulier au lycée Chaptal où il est professeur de zoologie. Il se marie en 1860. Mais une maladie neurologique le rend sourd.

Il rejoint alors l' herbularius du Muséum national d' histoire naturelle et collabore avec Auguste de Saint-Hilaire . Il introduira en France les premières graines du plus gros des palmiers, le jubaea chilensis. Il entre à l'Académie des sciences en 1863 où il succède à Horace Bénédict Alfred Moquin-Tandon.

En 1869, il avait organisé un jardin expérimental à Collioure.

En 1878, il est nommé directeur du jardin botanique de la villa Thuret d'Antibes, mais perd la vue. Malgré son état de santé, il dirige des travaux sur l'hybridation et l'acclimatation des plantes en vue de l'obtention de nouvelles espèces. Il étudiera l'hérédité, la flore du Brésil et décrira une vingtaine de sortes de potirons.

Son ouvrage majeur, « Mémoire sur les hybrides du règne végétal » , lui permit d' obtenir le grand prix de botanique de l'Institut en 1862.

Mais est également l'auteur de très nombreuses publications, telles que :

-Etude sur la végétation des solanées (1842)

  • Flore et jardins de l'Europe (1860)

  • Remarque sur la destruction des plantes indigènes du Brésil (1865)

  • Manuel de l'amateur des jardins, traité général d'horticulture (1866)

  • Les plantes à feuillage coloré (1880)

  • Mémoire sur les eucalyptus (1883)

L'étude des phénomènes héréditaires est connue sous le nom de naudinisme. Il s'intéresse à la systématique des plantes, notamment des courges. Il publiera aussi une série de mémoires traitant de l'espèce, des influences cosmiques et de nombreux articles dans la Revue horticole . Il aura collaboré à divers traités et recueils d' agriculture et d' horticulture . 

Son « Manuel de l'acclimateur » est une référence pour les acclimateurs de la Côte d'Azur au XIX e siècle. Il est considéré comme l'un des précurseurs de la génétique moderne. 

Charles Naudin est mort à Antibes, le 19 mars 1899. 

Le 14 août 1892, le sociétaire du Vélo Club Autunois, Léon Corcevay, devient champion de Saône-et-Loire sur route, à Tournus.

Le 14 août 1947, avait lieu le premier match du Football Club Gueugnonais sur toute nouvelle pelouse stade Jean Laville. Ce fut contre Dijon.

Le stade Jean Laville fut créé en 1936 pour la partie nord et sera inauguré le 14 juillet 1939 par M.Paul Faure, alors Ministre d'Etat et Député de Saône-et- Loire.

Dans un premier temps, les matchs du tout nouveau club auront lieu sur ce que l'on appelle de nos jours le terrain N°2. Terrain annexe alors longé d'un côté par la rigole de l'Arroux et de l'autre par une vaste zone vague qui servait de décharge avant les constructions, bien plus tard, de la salle Léo Lagrange (1969) et de la piscine (1971). Ce terrain était équipé de la fameuse tribune en bois, qui à l'époque servait de vestiaires


Le nouveau stade :

Le stade retrouvera la tribune de bois descendue du terrain du haut et installée côté Sud. Les nouveaux vestiaires trouvent place dans une baraque Filliod située prés des anciens portiques. On accédera à la pelouse par un escalier; pelouse bordée d'une piste d'athlétisme en cendrée avec une main courante réglementaire. Côté nord, les gradins seront encore directement découpés dans le talus.
Le premier match de la saison 47/48 contre Dijon, le 14 août se jouera sur cette pelouse et le match pour le titre de champion de France, le 25 mai 1952 face à Bordeaux, s'y déroulera devant 8000 personnes.