Un 13 novembre à Autun.

13/11/2017

Ferdinand Guillemardet est maire d'Autun (1791)

Né à Couches, le 3 avril 1765, Ferdinand Guillemardet est fils de chirurgien. Médecin, lui-même, il exerce à Autun à l'aube de la Révolution.

Membre du parti Jacobin, il succède à Jean-Baptiste Raffatin au poste de maire d'Autun, le 13 novembre 1791 à l'âge de 26 ans.

C'est le début d'une fulgurante carrière politique: député de la Convention Nationale en 1792, il vote, à ce titre la mort de Louis XVI. Fortement anticlérical, et était connu pour avoir publié un édit pour transformer les bâtiments de l'Église en centres de réunions civils. il devient en 1795, membre du Conseil des Cinq-Cents, puis en 1798, il est nommé ambassadeur de France en Espagne.

C'est durant cette période que Goya peindra son portrait, visible, de nos jours, au Louvre.

Hélas, de très mauvais rapports avec le Roi d'Espagne obligent Talleyrand à le rappeler pour incompétence.

Cependant, en 1800, le Premier Consul Bonaparte le fait Préfet de Charente-Inférieure. Parmi se nombreuses distinctions notons qu'il fut membre de l'académie des Belles Lettres, Sciences et Arts de la Rochelle, Chevalier de la Légion d'Honneur, Chevalier de l'Empire (1808).

En 1806, on le retrouve Préfet de l'Allier.

Hélas, sa santé mentale se dégrade et il meurt interné à Paris le 4 mai 1809.

Un autre 13 décembre:

Naissance de l'Association Tourisme en Morvan (ATM) (1954)