Quand Digoin avait son anneau de vitesse:

11/02/2017

Souvenirs

Nous n'irons pas jusqu'à employer le mot "vélodrome", mais les cyclistes digoinais possédaient dans la première moitié du XXème siècle, une piste en cendrée. Celle-ci avait été aménagée par la faïencerie sur le stade de la Chaume. On y disputait parfois des épreuves et il fallait beaucoup de dextérité pour y rouler à bonne allure sans se retrouver au sol.

A cette époque, jusqu'à la fin des années 50, la ville de Digoin comptait deux sociétés cyclistes: l'Eclair Cycliste dont le président était Alfred Berry et l'Association Sportive dont le président était l'ancien champion Victor Ferrari.

Ces deux clubs se partageaient de bons coureurs tels que Baudrion, Charlemagne, Chevillard, Cottais, Dury, Fournier, Knepper, Labaune, Mortreux, Portrat, Vailland, etc.. Mais l'idole du moment était Mario Bertolo, qui franchit le pas du professionnalisme et participa aux Tours de France 1956-1957 et 1958.

En 1952, sur ce stade de la Faïencerie, eut lieu une compétition courue en 3 épreuves: vitesse, éliminatoire et individuelle de 120 tours. C'est Mario Bertolo qui l'emporta. Sur la photo ci-dessus, prise ce jour-là, on reconnait Louis Grandi (Paray), Jacky Fournier (Digoin), Donati (Gueugnon), Lucien Cortot (Le Creusot), et masqués derrière suivaient Mario Bertolo et Robert Knepper.

En 1960, les deux sociétés (ECD et ASD) fusionnèrent pour donner naissance à l'Union Cycliste Digoinaise.

Au moment de la construction du stade municipal, les dirigeants avaient espéré la construction d'une véritable piste de vitesse, mais devant les coûts de l'opération, la municipalité recula très vite.

Il fut aussi question d'aménager la vieille piste en cendrée en la plastifiant, mais la encore, l'idée fut abandonnée.

                                                    Mario Bertolo.