Gueugnon

13/06/2017

Quel nom pour le futur site de l'école des Bruyères ?

Dans le cadre de la fusion, l'école des Bruyères qui a été choisie pour regrouper les enfants des écoles élémentaires Bruyères et Jean Macé, portera un nouveau nom. Ce sera un nom de femme. Six noms de grandes dames ont été évoqués : Joséphine Baker, Julie Victoire Daubié, Claudie Haigneré, Louise Michel, Rosa Parks et Simone Veil. Des destins qui ont marqué l'histoire, la science, la politique, la résistance, l'engagement...

Les 150 enfants des élémentaires Bruyères et Jean Macé vont procéder à l'élection du futur nom de leur école jeudi 15 juin 2017 dans des conditions semblables aux élections politiques.
Un travail au préalable en classe leur aura permis de découvrir ces différentes femmes, leur histoire, leur combat et ainsi faire un choix réfléchi.

Biographie des personnalités :

Joséphine BAKER

Joséphine Baker, née Freda Josephine McDonald le 3 juin 1906 à Saint-Louis (Missouri) et morte le 12 avril 1975 dans le 13ème arrondissement de Paris, est une chanteuse, danseuse, actrice, meneuse de revue revue et résistante américaine naturalisée française.
D'origine métissée afro-américaine et amérindienne des Appalaches, elle est souvent considérée comme la première célébrité noire. Elle prend la nationalité française en 1937 et, pendant la Seconde Guerre mondiale, joue un rôle important dans la résistance à l'occupant. Elle utilisera ensuite sa grande popularité dans la lutte contre le racisme, et pour l'émancipation des Noirs, en particulier en soutenant le Mouvement des droits civiques de Martin Luther King.

Julie Victoire DAUBIE

Julie Victoire Daubié, née le 26 mars 1824 à Bains-les-Bains et morte le 26 août 1874 à 50 ans, est une journaliste française.

C'est la première femme française ayant obtenu le droit de se présenter au baccalauréat à Lyon en 1861, et la première à l'obtenir le 17 août 1861.
C'est aussi la première licenciée ès lettres le 28 octobre 1872.

Claudie HAIGNERE

Claudie Haigneré, née le 13 mai 1957 au Creusot (Saône-et-Loire), est une scientifique, spationaute et femme politique française.
Elle fut présidente d'Universcience à Paris entre 2010 et 2015 et est actuellement ambassadrice et conseillère auprès du directeur général de l'ESA.
Elle a été la première femme française dans l'espace.

Louise MICHEL

Louise Michel, née le 29 mai 1830 et morte le 9 janvier 1905 est une institutrice, militante anarchiste, franc-maçonne, aux idées féministes et l'une des figures majeures de la Commune de Paris.
Préoccupée très tôt par l'éducation, elle enseigne quelques années avant de se rendre à Paris en 1856. À 26 ans, elle y développe une importante activité littéraire, pédagogique et politique et se lie avec plusieurs personnalités révolutionnaires.
En 1871, elle participe activement aux événements de la Commune de Paris. Capturée en mai, elle est déportée en Nouvelle-Calédonie. Elle demeure aujourd'hui une figure révolutionnaire et anarchiste.

Rosa PARKS

Rosa Louise McCauley Parks, dite Rosa Parks, d'origine afro-américaine, est née le 4 février 1913 à Tuskegee (Alabama) et morte le 24 octobre 2005 à Détroit (Michigan). Elle devint une figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis, ce qui lui valut le surnom de « mère du mouvement des droits civiques » de la part du Congrès américain.
Elle est devenue célèbre le 1er décembre 1955, à Montgomery (Alabama) en refusant de céder sa place à un passager blanc dans l'autobus conduit par James F. Blake.
Arrêtée par la police, elle se voit infliger une amende de 15 dollars le 5 décembre 1955 ; elle fait appel de ce jugement.
Un jeune pasteur noir inconnu de 26 ans, Martin Luther King lance alors une campagne de protestation et de boycott contre la compagnie de bus qui durera 380 jours. Le 13 novembre 1956, la Cour suprême des États-Unis casse les lois ségrégationnistes dans les bus, les déclarants anticonstitutionnels.

Simone VEIL

Simone Veil, née le 13 juillet 1927 à Nice, est une femme politique française.
Rescapée de la Shoah, elle entre dans la magistrature comme haut fonctionnaire jusqu'à sa nomination comme ministre de la Santé, en mai 1974. À ce poste, elle fait notamment adopter la « loi Veil », promulguée le17 janvier 1975, qui dépénalise le recours par une femme à l'interruption volontaire de grossesse.
De 1979 à 1982, elle est la première présidente du Parlement européen, nouvellement élu au suffrage universel. Elle est Ministre d'État, ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville, et «numéro deux» dans le gouvernement Édouard Balladur, puis siège au Conseil constitutionnel de 1998 à 2007. Elue à l'Académie française le 20 novembre 2008.