Autrefois à Toulon-sur-Arroux.

23/07/2017

 A voir jusqu'au 31 août:

Les Amis du Dardon présentent l'exposition "Autrefois" à l'église romane de Toulon-sur-Arroux. Jusqu'au 31 août, du lundi au vendredi (sauf le jeudi), de 10 H. 30 à 12 H. puis de 15 H. 30 à 18 H. 30, vous pourrez admirer les cartes postales anciennes de la collection de M. Chambonnier.

L'exposition sera également visible les samedis de 10h30 à 12h00 et de 15h30 à 19h00 et les dimanches de 10h00 à 12h00 et de 15h00 à 19h00.

En fait, cette exposition, qui présente quelques aspects de la vie toulonnaise du siècle passé, est aussi constituée de portraits de personnages connus ou inconnus du village, tous photographiés par Philibert Chambonnier..

Qui était Philibert Chambonnier ?

Né à Volesvres le 23 novembre 1900, il passa son enfance à Vendenesse-les-Charolles où ses parents étaient employés au chemin de fer.

Très jeune, il s'intéresse à la photographie. En 1914, l'acquisition d'un premier appareil photo sera déterminante pour sa passion. Portraits de familles et d'amis, lui permettront de gagner son premier argent de poche, mais comme ses parents ne considéraient pas la photographie comme un métier, il entrera lui aussi au PLM !

En 1920, lors de son service militaire, il est affecté à Versailles, au service photographique du 5° Régiment du Génie et recevra la mission de répertorier tous les ouvrages civils et militaires détruits par la Première Guerre Mondiale.

De retour au pays, il établit un point de vente à Charolles et Saint-Bonnet-de-Joux et c'est en 1926 qu'il s'installera définitivement à Toulon-sur-Arroux.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Philibert Chambonnier sera rappelé sous les drapeaux. A son retour, il trouvera son studio occupé par les Allemands. En se repliant, ceux-ci le priveront de tout son matériel professionnel.

Le pouvant financièrement reprendre ses activités de portraits, il se lance dans la formation des photographes amateurs du secteur avec lesquels il pratique le reprise de matériel de ceux qui maîtrisent la technique et leur revend des modèles plus performants. Puis, il cède ainsi ce matériel repris aux plus novices.

En 1965, il arrêtera sa carrière qui fut sa passion, mais il continuera très longtemps à acquérir les nouveautés de matériel photographique pour son usage pesonnel.

Par cette exposition, sa famille à souhaité lui rendre hommage.

Sur ce dernier cliché, on voit Gaston Mouton, disparu dans un camp le concentration de Neuengamme. Le stade de Toulon porte son nom.

Il est au côté de Lucien Boudot qui remporta le Prix cycliste de la Saint-Jean à Toulon en 1923.