22 Fructidor an XIII

09/09/2017

Abolition du calendrier républicain (9 septembre 1805)

 Le calendrier républicain, ou calendrier révolutionnaire français, fut aboli par Napoléon Ier le 9 septembre 1805.

Créé pendant la Révolution française, il fut utilisé de 1792 à 1806, ainsi que brièvement durant la Commune de Paris. 

Il entre en vigueur le 15 vendémiaire an II (6 octobre 1793), mais débute le 1er vendémiaire an I (22 septembre 1792), jour de proclamation de la République, déclaré premier jour de l'« ère des Français ».

L'année du calendrier républicain était découpée en douze mois de trente jours chacun (soit 360 jours), plus cinq à six jours complémentaires (selon les années) ajoutés en fin d'année pour qu'elle reste alignée avec l'année tropique (environ 365,25 jours).

Le calendrier révolutionnaire a été abrogé par un sénatus-consulte impérial le 22 fructidor an XIII (9 septembre 1805). Il fixe le retour au calendrier romain (grégorien) au 11 nivôse suivant (1er janvier 1806). Le calendrier révolutionnaire a donc été appliqué durant 12 ans, 2 mois et 27 jours.

 Avant même la date de promulgation de l'abrogation le calendrier révolutionnaire était peu utilisé, dans nos campagnes, certains ne l'utilisèrent même jamais. On ne s'en servait presque plus pour les actes publics. Dans les relations sociales le calendrier romain avait été remis en usage.

Il faut dire que le calendrier républicain comportait un inconvénient: 

il débute le jour de l'équinoxe d'automne mais l'équinoxe n'est pas régulier. Et le fait que majoritairement les Français avaient continué à penser le temps en fonction de l'ancien calendrier. En effet, en France, il faut toujours un certain temps pour que les citoyens s'adaptent à un nouveau système.

A l'arrivée du Nouveau France, de nombreux Français, parfois âge s mais pas que.. ont continuer d'utiliser les anciens francs dans leur conversation, établissant toujours la monnaie de leur jeunesse. 

L'introduction de l'Euro amena le même phénomème, avec un besoin de convertir en francs. Et même la réforme plus ancienne, qui instaura le début officiel de l'année au 1er janvier, eut du mal à s'imposer dans certaines régions.